Silure

 

Nom scientifique : Silurus glanis
Famille : Siluridés
Autres noms : Glane, Salut, Merval - Anglais : Wels
Poids maximum : 100 kg env. (en France)
Longueur maximale : 2,50 m (en France)
Durée de vie : 20 ans env.
Période de frai : Mai à Juillet (eau à 20°)
Ponte : Jusqu'à 500 000.

D'OU VIENT LE SILURE ? QUAND ET COMMENT EST-IL ARRIVE EN FRANCE ?

Le silure glane (silurus glanis) appartient à la famille des siluridés. Il est originaire de l'Europe centrale : à l'état naturel, on le rencontre dans le réseau hydrographique actuel et passé du bassin du Danube du sud de la Suède au nord des Alpes et vers l'est jusqu'à l'Oural : Danube, Dniepr, Volga et affluents des mers Noire, Caspienne, Baltique, Aral, et lacs de Morat, Neuchâtel, Bienne et Constance. Il est intéressant d'observer que dans ces milieux, il n'a causé aucun déséquilibre écologique et cohabite parfaitement depuis toujours avec de nombreuses autres espèces, y compris de carnassiers comme le sandre, originaire des mêmes régions.

La répartition actuelle du silure en France et en Europe résulte de la combinaison de facteurs à la fois hydrographiques, climatiques et anthropiques. On peut les résumer en quatre raisons principales :
-Son régime alimentaire opportuniste
-Le réchauffement climatique
-Les aménagements des cours d'eau
-Les introductions volontaires.

Des données paléontologiques montrent que l'espèce faisait partie de l'ichtyofaune française dans le bassin du Rhône avant d'être éliminée par les glaciations. Le silure a donc déjà été présent dans notre pays il y a très longtemps. Le réchauffement climatique qui a suivi (10 000 av. JC) et l'existence d'interconnexions entre, d'une part, des tributaires de la mer Noire et de la mer Caspienne et d'autre part ceux de la mer Baltique et de la mer du Nord lui ont permis de rapidement coloniser le Nord de l'Europe.
Une première vague d'introductions hors du bassin danubien semble avoir eu lieu dès le Moyen-Age (lacs de Suisse), suivie par une deuxième période débutant vers 1800, et se poursuivant actuellement. Plusieurs piscicultures françaises ont tenté des introductions de silures à la fin des années 1960 notamment en Alsace et en Bresse. Les effets combinés de ces introductions et des dégradations du milieu d'origine anthropique ont induit un décalage de l'aire de distribution vers le Sud et le Sud-Est de l'Europe (Italie, Espagne). (« Biogéographie du silure glane : causes hydrographiques, climatiques et anthropiques » SCHLUMBERGER O., SAGLIOCCO M., PROTEAU J.P. Bull. Fr. Pêche Piscic., 2001, 357-360 : 533-547).
Il n'est pas inutile de rappeler que le silure est loin d'être la seule espèce introduite en France : environ 1/3 des espèces piscicoles présentes dans notre pays aujourd'hui ont été introduites !!! On y trouve notamment la carpe (depuis l'ère romaine), la truite arc en ciel, le carassin, l'omble de fontaine, l'amour blanc, le sandre, le black-bass, etc
Par ailleurs contrairement aux apparences et à ce que croient de nombreux pêcheurs, le silure n'a aucun lien de parenté avec le poisson chat (lctalurus melas), famille des ictaluridés, qui est lui d'origine nord américaine.
En France, le silure s'est progressivement développé dans les différents bassins hydrographiques : Saône, Rhône, Seine, Loire, etc. Il est vrai que le silure est un poisson qui se développe plutôt bien dans les grandes rivières françaises ces dernières années, dont la Mayenne. Ce phénomène n'est pas uniquement Français, mais est commun aux pays méditerranéens du sud ouest de l'Europe ( France, Espagne et Italie ). Ce poisson originaire des grands fleuves de l'Europe de l'est et Asie centrale est à la conquête de l'Ouest depuis une quarantaine d'années, mais quelle en est la raison ? Alors qu'il est présent depuis des siècles dans son bassin originel pourquoi aujourd'hui s'acclimate-t-il aussi bien dans nos pays, et pourquoi partout en même temps ? LE BIOTOPE A CHANGE

Outre le réchauffement de la planète, aujourd'hui reconnu scientifiquement, qui est loin d'être sans conséquences, la vitesse d'écoulement des rivières et la température des cours d'eau ont changé pour différentes raisons. Cette élévation de température est inversement proportionnelle au taux d'oxygène dissout, ces trois facteurs sont prédominant sur le type d'espèce animale ou végétale qui peuplent un cours d'eau (eutrophisation)

Après la guerre, le développement industriel et énergétique a conduit à une hausse significative de la consommation et de la production d'électricité. De nombreux barrages ont fortement calmé nos fleuves et grandes rivières de plaine. Dans les années 50, il y avait des hotus et des barbeaux à foison sur les graviers du Rhône en plein centre ville de Lyon, l'eau de ce fleuve Alpin était fraîche, on y trouvait même des truites. Il était très difficile de traverser ce grand fleuve puissant à la nage tant le courant était fort.

Au jour où sont écrits ces mots, l'eau du Rhône à Lyon est à 27,5°C et ressemble certains jours à un grand lac. La profondeur atteint régulièrement les 15 à 20m, et des espèces comme la brème ont remplacé dans des proportions moindres le volume des goujons et barbillons...

Ces conditions nouvelles sont favorables au développement du silure qui se plait dans ces eaux lentes et chaudes.


IMPACT SUR LE BROCHET

Ces modifications des biotopes sont également sans doute possible l'une des raisons principales du déclin d'autres espèces comme le brochet, en particulier par la disparition de ses zones de frayères dues à la canalisation des rivières et à l'assèchement des zones humides. Si le brochet régresse, c'est d'abord parce qu'il ne trouve plus des conditions favorables à sa reproduction et à son développement, et certainement pas à cause d'une prédation imaginaire par le silure. La raréfaction du brochet et l'essor du silure sont deux facettes d'un même phénomène de dégradation des milieux, en rendre responsable le silure est une aberration.

Pêcheurs de carnassiers avant tout, nous sommes les premiers à déplorer cette situation et à défendre le brochet pour qu'il retrouve toute sa place dans nos eaux. Cela passe par une restauration des milieux et notamment des frayères, mais aussi par une limitation des prélèvements par les pêcheurs, avec notamment une augmentation de la taille légale de capture et l'instauration de quotas de prises. La Fédération de Mayenne pourrait tout à fait mettre en œuvre de telles mesures, comme l'ont déjà fait plusieurs dizaines d'autres Fédérations, au lieu de faire porter une fausse responsabilité au silure !


ANALOGIE A L'ARRIVEE DU SANDRE

Dés le milieu des années 50, un premier poisson carnassier venu du bassin originel du Silure commençait à ouvrir le pas sur l'ouest : le Sandre.
Le Sandre serait arrivé par les canaux, mais en tout cas ses points de départ et d'arrivée sont les mêmes que pour le Silure, avec comme similitudes de construire tout de suite de bonnes populations dans la Saône et le Rhône, dés la fin des années 50, puis dans toutes les autres rivières du territoire, dont la Mayenne. (phénomène commun à l'Espagne et l'Italie sur les bassins de l'Ebre et du Pô).

Tout comme le silure aujourd'hui, le sandre a été fortement décrié lors de son arrivée dans les rivières françaises, où on l'accusait de décimer les populations de cyprinidés et de tuer par plaisir ; tout comme, avant lui, on affirmait que le brochet mangeait son poids de poissons par jour. On sait aujourd'hui qu'il ne s'agit là qu'affabulations, tout comme pour la prétendue voracité du silure.

Le sandre fait aujourd'hui bien partie des poissons d'eau douce « français ». Ce poisson fait aujourd'hui la fierté de certaines régions de France, et la joie de beaucoup de pêcheurs. Ces mêmes pêcheurs, qui sans doute, animés par de bons sentiments, voudraient le protéger du Silure, alors que ces deux espèces ont l'habitude de vivre ensemble depuis toujours dans leurs pays d'origine.

L'explosion démographique des populations de sandres s'est étalée sur plus de 30 ans de 1960 à 1995, avec des pêches miraculeuses pour les pêcheurs de carnassiers de l'époque. D'ailleurs beaucoup de ces pêcheurs parlent de ces années avec nostalgie. Après cette explosion, les populations de sandres se sont stabilisées, comme c'est le cas à chaque fois. Et si l'on prend aujourd'hui moins de sandres à la ligne que dans les années 1960 ou 1970, c'est simplement en raison de cette stabilisation des populations, et nullement en raison de l'arrivée du silure. D'ailleurs, les populations de silures finiront par se stabiliser naturellement à leur tour, ce qui commence à se produire sur certains bassins.


LE SILURE N'EST PAS L'OGRE QUE CERTAINS VOUDRAIENT DECRIRE

Le silure est un poisson discret qui doit sa taille imposante à sa longévité ( environ 40 ans ). Un jeune silure de 80 cm a déjà entre 4 et 5 ans, un sujet d'1,60m a, lui, environ 12 ans, alors qu'un poisson géant de 230 cm à la trentaine...

Un silure adulte entre 1 et 2,50m grossit d'environ 3 à 4 kg /an en milieu naturel (selon diverses études, dont celle Tanzilli / Caillère Université de Lyon), le grossissement est donc assez constant quelque soit la taille du poisson. Les gros sujets sont naturellement moins actifs que les plus petits, mais s'attaquent éventuellement à de plus grosses proies.

Le taux de transformation pour le Silure, est d'environ 10% en rivière, ce qui donne un ordre d'idée de 50 kg/an maximum de nourriture ingérée, pour un silure adulte, ce qui est relativement peu. Et les poissons ne constituent qu'une partie de cette alimentation, qui comprend de nombreux invertébrés (coquillages, écrevisses notamment).

Le silure absorbe sa nourriture par phase, et peut rester de grandes périodes avec une activité alimentaire réduite. Il a été constaté lors de prélèvements stomacaux, que l'estomac était le plus souvent vide. Il mange du poisson et d'autres créatures vivantes ou mortes (mollusques, insectes, amphibiens, crustacés, mammifères, oiseaux ; on a même trouvé des ragondins et des cormorans...), les mollusques notamment rentrant pour beaucoup dans son menu. Ce poisson est opportuniste et se focalisera, lorsqu'il est affamé sur une denrée facile à trouver et en bonne quantité dans la rivière. C'est en particulier un bon régulateur de la brème, et même du poisson chat. Mais pas des caniches ni des baigneurs comme certaines rumeurs le laissent croire !!!

Les silures adultes consomment des proies différentes des autres prédateurs, la niche alimentaire des Silures adultes recouvre peu celles des autres poissons piscivores et la compétition alimentaire est somme toute limitée. Une compétition peut toutefois exister entre les silures juvéniles et d'autres carnassiers comme le sandre (beaucoup moins avec le brochet) mais nos grandes rivières restent suffisamment riches en poisson fourrage pour absorber cette compétition. La niche alimentaire du Silure était jusque là restée vacante, ceci est un des éléments qui permettent d'expliquer la réussite du Silure dans notre pays (« Le Silure glane, Biologie, Colonisation et Impact », 1998, Philippe TIXIER, Maîtrise de Biologie de l'Université Paris IV).

Des relevés piscicoles réalisés sur la Seille (une des premières rivières colonisées par le silure en France) en 1986-1987 ont montré des populations de poissons équilibrées, avec des proportions de sandres et de brochets ne semblant pas déficitaires. De même, d'autres données de campagnes de pêche, tant dans les zones où le Silure est présent depuis longtemps que sur les réseaux fluviaux où le Silure y est autochtone, comme par exemple le Danube, montrent des populations équilibrées, où les poissons fourrages sont présents en quantité importante par rapport aux populations de carnassiers. Les données sur les pêches professionnelles aux engins nous montrent que dans le bassin Rhodanien, les cyprinidés et les poissons de fond ne sont pas en déficit, seules les populations d'écrevisses et de poissons chats étant notées en disparition du fait de la prédation du silure. (Sources : « le Silure glane dans la Seille », 1987, CEMAGREF-CSP ; ou « La pêche aux engins dans le bassin du Rhône - Saône Statistiques 1988 - 2001 » ; ou encore « Le Silure glane, Biologie, Colonisation et Impact », 1998, Philippe TIXIER, Maîtrise de Biologie de l'Université Paris IV) On peut observer qu'il existe ainsi de multiples exemples de rivières où la cohabitation déjà ancienne avec le silure se passe bien, tant en France qu'à l'étranger : Seine, Rhône, Lot, Tarn, Volga, Rio Ebre...de même que dans certains lacs comme celui de Saint Geniez d'Olt en Aveyron très riche en carnassiers, carpes et silures. Toutes ces données démontrent que le silure ne cause aucun déséquilibre écologique majeur dans les eaux où il est présent. Il faut toutefois préciser qu'il s'agit là de rivières et fleuves parfois importants, la situation pouvant bien entendu être différente dans un plan d'eau fermé de petite taille ; à ce titre, l'exemple cité par la Fédération de Mayenne porte sur un plan d'eau de seulement 4 hectares qui, de toute évidence, n'est pas adapté à la présence du silure ; cet exemple est sans aucun fondement pour en tirer des conclusions générales sur l'impact du silure dans l'ensemble des milieux français, et notamment sur la Mayenne. Au contraire, tout démontre que les craintes des ravages du silure sur la faune aquatique ne sont pas scientifiquement fondées mais qu'elles sont probablement dues à son régime alimentaire varié, mais surtout à sa taille et à sa morphologie.

Un cas est à la fois particulièrement intéressant et amusant, car il constitue un contre-exemple sur des plans d'eau clos : il s'agit de l'introduction de silures réalisée il y a près de 20 ans (1988) par l'APNLE dans certains lacs du Bois de Boulogne. A l'époque, une fondation de protection des animaux très connue s'était offusquée, mettant en avant le "problème incroyable" de cette introduction, demandant de prendre des mesures visant a garantir la sécurité du public, faisant une description catastrophique de ce poisson privé de prédateurs naturels "représentant une réelle menace pour la vie aquatique du lac ...",affirmant "que son appétit est sans limites ; qu'il dévore les autres poissons, les canards, les cygnes, les chiens et qu'il s'attaque même aux pêcheurs !"...
Cette expérience a fait l'objet d'un contrat de suivi piscicole de 4 ans avec le Conseil Supérieur de la Pêche, pour éliminer de manière écologique les surpopulations anarchiques de brèmes et d'écrevisses américaines entraînant des déséquilibres biologiques sur les plans d'eau. L'expérience s'étant avérée concluante, elle a été étendue au lac inférieur, plan d'eau fortement envasé et eutrophisé, en total déséquilibre où les espèces précitées trouvaient un terrain favorable à leur prolifération au détriment des autres espèces.
Aujourd'hui ce plan d'eau a retrouvé son équilibre : de 3 espèces présentes en 1990 nous en trouvons 10 en 1996, la réputation de ce lac sur le plan halieutique a même dépassé nos frontières, de nombreux pêcheurs étrangers de passage à Paris fréquentent régulièrement ce lac, notamment à l'occasion des "24 heures de pêche de Paris" (source : site de l'APNLE).

Il est vrai que ce poisson est un carnassier, mais la diversité d'aliments qu'il consomme et son grand age, lui donne beaucoup de points communs avec la carpe.

Au contraire de sa légende, le silure n'a rien de comparable à un requin d'eau douce. A commencer par ses dents qui sont minuscules et forment des sortes de rapes. C'est un géant paisible qui affectionne les fosses profondes des grandes rivières (Source : UNPF).

Enfin pas besoin de faire de la biologie pour comprendre que nos rivières ressemblent plus au delta du Danube, qu'à l'Irlande ou au Canada...Et les espèces peuplant ce nouveau milieu ont changé et de nouveau venus arriveront encore sûrement dans les prochaines années. Le Silure connaît aujourd'hui ses années folles dans de nouvelles rivières, comme la Mayenne, mais la roue tournera et les populations se stabiliseront comme sur la Saône et le Rhône depuis quelques années, ou comme le Sandre à son époque...C'est cyclique.

A quand le prochain poisson carnassiers venu de l'est, l'Aspe ?

L'homme n'a donc pas à vouloir intervenir pour réguler la nature, en détruisant une espèce ou en l'introduisant dans un plan d'eau.
Dans la nature, tout fonctionne sur un principe d'équilibre.
Soit on tue un silure pour le manger, soit on lui rend sa liberté.
Si on veut véhiculer une image positive de la pêche, il faut de belles rivières avec de la bonne eau et de beaux poissons bien vivants dedans, et pas des cadavres nauséabonds sur les rives ou au pieds des arbres.

 


LA PÊCHE SPORTIVE DU SILURE

Le site Internet de la Fédération de Mayenne met en avant à plusieurs reprises le manque d'intérêt du silure sur trois aspects : il serait laid, vorace et sans valeur culinaire.

Passons sur la soi-disant laideur de ce poisson, toute subjective. L'une des photos présentes sur le site de la Fédération présente un silure mort tenu par deux pêcheurs au moyen d'une branche qui lui transperce la gueule de part en part, avec le commentaire suivant : « Qu'il est laid (le poisson bien sur) ». On peut se demander de quel droit une Fédération de Pêche peut ainsi porter officiellement un jugement esthétique sur une espèce de poisson... Ce délit de sale gueule, certainement lié à sa peau couverte de mucus, à ses moustaches qui le font ressembler à un poisson chat géant (alors qu'il s'agit d'espèces différentes) et à sa taille impressionnante génératrice de toutes les peurs, a déjà valu à des milliers de silures de pourrir sur les berges ou pendus à des arbres... Est-ce là l'image de la pêche que nous voulons donner au public et à nos enfants ?

Quant à la valeur culinaire, elle intéresse peu les pêcheurs sportifs de silures. Cet argument est malheureusement typique d'une vision passéiste et dépassée de la pêche qui ne se concevrait qu'en fonction de l'intérêt culinaire de ses prises.

Il est surprenant que la Fédération de Pêche de Mayenne oublie un quatrième aspect : l'intérêt sportif de la pêche du silure ! Car enfin, de plus en plus de pêcheurs ne pratiquent plus aujourd'hui pour se nourrir, mais bien pour le plaisir de la traque et du combat dans un cadre naturel agréable. Et dans ce domaine, le silure est un champion toutes catégories ! De par sa taille et son poids, il est de loin le plus gros poisson de nos eaux, et permet de pratiquer la « pêche au gros », le « big game », à deux pas de chez soi, sans avoir à payer des fortunes pour aller pratiquer ces pêches à l'autre bout de la planète.

La pêche sportive du silure, bien que récente, se développe. Elle représente un enjeu économique non négligeable, avec du matériel spécifique, des clubs et associations, des guides de pêche spécialisés, des concours dans différentes régions de France. Il n'y a pas de chiffre précis sur l'impact du Silure sur ces différentes activités professionnelles, cependant toutes les personnes rencontrées sur le terrain signalent que la présence du Silure, dans les eaux publiques, est un point positif au niveau commercial. Comme en Espagne (Rio Ebro), où le tourisme pêche s'est développé, ce poisson qui est le plus gros de nos rivières suscite des réactions passionnées de la part des pêcheurs à la ligne. C'est ce point qui explique les retombées économiques et le tourisme vert qui se met en place autour de ces nouvelles activités le silure peut représenter un atout touristique indéniable (Cortay 1997).


LES CONSEQUENCES D'UN CLASSEMENT NUISIBLE

Le classement d'une espèce comme nuisible n'a jamais permis d'en arrêter ni même d'en ralentir l'expansion, il suffit de regarder la situation des poissons chats ou des écrevisses américaines pour s'en convaincre. Si nos milieux sont favorables au silure, qui occupe une niche écologique laissée libre et profite de la dégradation des milieux causée par l'homme (réchauffement des eaux, canalisation...), il continuera à se développer jusqu'à trouver son point d'équilibre et se stabiliser naturellement.

En revanche, un classement comme nuisible interdirait sa remise à l'eau sous peine d'amende. Cela signifie que les pêcheurs de silures seraient dans l'obligation de tuer leurs prises sur le champ. Pour en faire quoi ? Difficile de faire tenir dans son réfrigérateur un poisson de près de deux mètres... Il faudrait alors la plupart du temps laisser le silure dans l'eau ou sur les berges, qui pourrirait alors sur place, comme on le voit malheureusement déjà trop souvent de la part de pêcheurs hostiles à cette espèce, avec les désordres et risques sanitaires que représentent ces corps en putréfaction.
Est-ce là l'image que nous voulons donner de la pêche au grand public et à nos enfants ? À une époque où l'on s'émeut de plus en plus de l'impact négatif de l'homme sur la nature, les pêcheurs peuvent-ils se permettre de donner cette image de tueurs inconséquents, capturant des poissons pour le simple plaisir de les laisser pourrir sur la berge ou un tas de fumier ? Et ce en pure perte, puisque ces prélèvements n'auront aucune incidence significative sur la population de silure et sur son expansion.


LE CAS DE L'UTILISATION DE L'ANGUILLE COMME VIF

L'anguille est un poisson migrateur, qui se reproduit en mer (Mer des Sargasses) puis les juvéniles reviennent en eau douce pour grandir avant de partir se reproduire à leur tour.

Les populations d'anguille ont très fortement diminué. On peut y voir deux raisons principales : la pêche professionnelle des juvéniles (civelles, pibales) dans les estuaires (doublé d'un braconnage à grande échelle) d'une part ; les difficultés à la migration (barrages) d'autre part.

La pêche à la ligne des anguilles adultes, et plus encore leur utilisation ponctuelle comme vif à silure, représente une part infinitésimale dans la diminution des populations d'anguilles. Faire croire le contraire relève de l'ignorance ou du mensonge.

Si l'on veut protéger efficacement l'anguille, qui en a grand besoin, il faut agir sur les deux facteurs limitants essentiels que sont la pêche professionnelle des juvéniles et les obstacles à leur migration.

Concernant la pêche du silure, il existe une multitude d'autres appâts naturels pour la pêche au vif (autres espèces de poissons ou vers de terre), ainsi que la possibilité de le pêcher aux leurres (notamment leurres souples, cuillères ondulantes, etc.). Il est préférable de faire appel au sens des responsabilités des pêcheurs de silure en les invitant à éviter d'utiliser l'anguille, espèce en difficulté, plutôt que d'interdire.

 

Pêche:

 

 

 

 

La pêche à la bouée

C'est une pêche de précision qui permet d'insister sur un poste en présentant un gros vif entre deux eaux ou en surface, de la façon la plus naturelle possible.
Ce montage n'étant pas destiné à être déplacé, le choix du poste doit être fait avec soin, c'est de lui que dépend le succès. On retient en général une zone d'une profondeur de 2-3 mètres, riche en poissons blancs, et présentant quelques obstacles : roselière, jeunes pousses de nénuphars, arbre isolé, embâcle, etc. Au printemps, par temps calme, il n'est d'ailleurs pas rare de voir des silures patrouiller sur ces secteurs, y compris en milieu de journée.

La mise en service du montage exige l'utilisation d'une petite embarcation (bateau gonflable, annexe). On place en premier la bouée, lestée d'un poids de 6-7 kg, sur le poste convoité. La canne est placée en position verticale sur un piquet bien enfoncé et très solide. Frein desserré, on s'éloigne de la rive avec le montage en déroulant la ligne. Un brin de fil cassant en nylon 28/100 relie l'émerillon à la bouée. De retour sur la rive, le frein est serré à la limite de rupture de la tresse, et on tend la ligne de façon à ce que seul le vif et le bas de ligne touchent l'eau. Ainsi on évite de prendre les débris flottants, et à la touche, le cassant claque tout net. Il est possible d'avoir des touches à toute heure du jour, notamment si l'eau est un peu piquée. Inutile de multiplier les bouées, sur un poste identifié deux montages suffisent et limitent les risques d'emmêlages.

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×